Les salaires des spécialistes RH les plus recherchés avoisinent les 200’000 francs

Les salaires des spécialistes RH les plus recherchés avoisinent les 200’000 francs

D’après une analyse des rémunérations des ressources humaines, réalisée par le cabinet de recrutement Michael Page, on constate un intérêt croissant pour les spécialistes RH. Parmi les profils les mieux payés dans ce domaine, il y a celui du DRH et du spécialiste paie et avantages, de même que les spécialistes en acquisition de talents et en formation et développement. Le salaire moyen pour de telles professions peut atteindre 200’000 CHF voire plus, sans compter les primes, les prises de participation en action et autres avantages.

Pour les rémunérations les plus élevées en RH en 2018, on trouve en première position le vice-président RH avec un salaire moyen de 280’000 CHF, suivi du directeur RH avec 230’000 CHF, du business partner RH global en troisième place avec 220’000 CHF. Ensuite en quatrième position, on trouve le directeur de rémunération et avantages ou acquisition des talents avec une rémunération moyenne de 200’000 CHF et en cinquième place le directeur de formation et développement avec 190’000 CHF.

 

Pourquoi un tel engouement pour les spécialistes RH? 

Un tel intérêt pour les spécialistes RH peut être expliqué par trois éléments à savoir:

 

La bataille des talents, affutée par le développement du contexte économique

Les entreprises sont conscientes de la nécessité de recruter les talents à fort potentiel pour les accompagner dans leur développement. Cependant il est difficile de dénicher les bons talents et de les préserver et, en cas de départ, il devient plus cher de les remplacer. Le scénario le plus pénible est qu’en cas de départ de talents, ils sont suivis par leurs équipes. 

Pouvoir retenir les talents et assurer leur développement au sein de l’entreprise est primordial, car ils sont régulièrement sollicités par les chasseurs de têtes, et ce sans qu’ils soient en quête d’emploi. De tels profils sont hautement recherchés dans le domaine pharmaceutique et celui de l’ingénierie. On sollicite de plus en plus l’intelligence artificielle pour identifier les profils les plus adaptés à chaque entreprise et cette tendance va se maintenir pendant une longue période.

 

certificat d'assistant en gestion du personnel

 

La quête d’efficacité opérationnelle

C’est la locomotive de trois tendances à commencer par la migration des métiers back office vers des pays plus compétitifs en matière de coûts comme c’est le cas de la Pologne, la Roumanie et l’Espagne, et ce en employant des centres de services partagés. De même, on constate une nouvelle tendance qui émerge à savoir la rationalisation des systèmes informatiques RH plus conviviaux à l’instar de Worday, tout en valorisant les activités RH à valeur ajoutée. Une telle démarche aboutit sur une forte demande des spécialistes en IT des RH, de même que les profils spécialisés en rémunération et avantages, en acquisition de talents, en formation et développement et en opérations. 

La demande est accentuée surtout dans le secteur de gestion des externalisations et optimisation des retombées des centres de services partagés. La demande pour ces candidats s’est développée avec les opérations de rachats effectuées par les grandes structures comme c’est le cas pour Johnson & Johnson-Actelion et ABB-GE Industrial Solutions. On sollicite de plus en plus les spécialistes RH qui ont pour mission de créer des synergies au sein de telles entreprises. 

 

L’identification des risques 

Les structures disposent d’une vision globale et plus pertinente quant aux risques liés à leurs collaborateurs. Dès lors, elles ont la possibilité d’identifier les risques comme la surreprésentation de cadres exécutifs assez âgés et prévoir des plans d’action pour l’avancement et l’acquisition de talents. 

L’année écoulée a enregistré l’émergence d’un réel intérêt pour les spécialistes en conception organisationnelle et administration des salaires. D’un autre côté, on constate un grand manque en collaborateurs juniors en RH de même que les spécialistes en paie et avantage, ce qui offre plus d’opportunités pour les débutants.

Peu de postes sont disponibles à l’étranger, ce qui limite la mobilité internationale. D’où la focalisation des entreprises sur les positions locales, au moment où les missions internationales sont affectées à des experts en mobilité.

En tenant compte de toutes les variables et surtout des trois tendances citées plus haut, les candidats aux métiers des ressources humaines ont intérêt à cumuler entre deux à trois ans d’expérience dans une fonction généraliste avant d’aller vers la spécialisation. Evidemment une mise à jour des compétences est requise de façon régulière à travers des formations continues mais aussi de la pratique. Ce sont les conditions requises pour préserver leur compétitivité sur le marché de l’emploi. D’un autre côté, il est toujours conseillé d’être stable et de rester chez un même employeur au moins pendant 4 à 5 ans avant de changer de structure. Surtout qu’en Suisse, la fidélité et la stabilité sont très appréciées.

L’étude menée a révélé aussi que les directeurs d’entreprises considèrent les spécialistes RH comme des alliés. C’est la raison qui les pousse à dénicher les talents et à les gratifier des meilleurs salaires et avantages. Les entreprises sont constamment en quête de cadres RH ayant les aptitudes nécessaires, pour mettre en place des plans et des programmes servant à booster l’engagement des collaborateurs. Et on s’attend à ce que ce besoin en spécialistes RH se maintienne au cours de l’année à venir.

 

BetterStudy prépare actuellement une première formation en ressources humaines, menant au Certificat d’assistant(e) en gestion du personnel. Vous êtes intéressé(e) ?