Pyramide DuPont

Pyramide DuPont

Savez-vous ce qu’on appelle la pyramide DuPont de Nemours ? Il s’agit du système de ratios le plus connu, l’arbre de rentabilité développé par le groupe chimique américain DuPont : la Pyramide DuPont.  

Les divers ratios vus dans les pages théoriques de la formation BetterStudy ainsi que dans nos vidéos ne présentent souvent qu’un aspect partiel de l’entreprise, il est donc intéressant de voir un système composé de plusieurs ratios afin d’avoir une vision globale.

Ce système repose sur l’analyse de la rentabilité du capital investi. En effet, la réalisation d’un bénéfice optimal est généralement le principal objectif économique et financier de la plupart des entreprises.

Intérêt du modèle

L’intérêt de la « DuPont Chart » est de démontrer que la rentabilité d’une entreprise ne dépend pas seulement du niveau de taux de marge dégagé par la vente de ses produits. En effet, celle-ci peut être améliorée ou détériorée par la rotation du capital investi.

Cette analyse rappelle opportunément qu’en période de tension concurrentielle, où le relèvement du taux de marge est plus difficile à obtenir, il vaut mieux se concentrer sur l’optimisation de la rotation du capital investi.

Le ROI (Return on Investment= rentabilité du capital investi) constitue le sommet de la Pyramide couchée que vous allez voir plus loin. Celui-ci est ensuite décomposé en ses deux facteurs déterminants, que nous voyons tout d’abord sous forme de tableau :

** rappel EBIT = Bénéfice avant intérêts et impôts

La Pyramide va ensuite décomposer chacun des composants, le capital investi sera décomposé selon les actifs financés et le bénéfice divisé selon ses composantes de charges et de produits. La pyramide est ainsi de plus en plus large comme nous pouvons le voir sur ce schéma :

Ce modèle a été développé dans le but d’analyser le rendement du capital d’une entreprise avec une vision globale, en se penchant sur ses diverses composantes. Les dirigeants ou investisseurs vont pouvoir s’intéresser à ce qui est à l’origine d’un faible ROI par exemple, ils peuvent localiser la source du problème.

Est-ce au niveau de la marge, ou de l’utilisation de nos actifs ?

Une fois que la zone à problème est trouvée, il s’agira de tenter de la corriger.

Ce modèle peut être utilisé pour montrer les forces et faiblesses de chaque société. Il peut aider les investisseurs à comparer des sociétés similaires en utilisant des ratios identiques. L’investisseur peut alors appliquer les risques perçus avec le modèle d’affaires de chaque entreprise. Il se posera notamment les questions suivantes :

  •        Une marge contributive plus basse que la moyenne de votre industrie ? A investiguer
  •        Un taux de rotation des actifs anormalement élevé ou bas, qui s’est détérioré par rapport à l’an passé ? Regardez dans le détail le taux de rotation des stocks, de votre actif immobilisé ou le délai de paiement de vos clients.
  •        Un multiplicateur de capitaux plus élevé que vos concurrents ? A surveiller !

Regardons cela avec un exemple chiffré avec deux entreprises: Louise SA et Thelma SA. Ces deux sociétés opèrent dans le même secteur, la protection de l’environnement, en produisant et distribuant des filtres à particules. Elles présentent le même ratio de rendement du capital investi de 45%.

Chaque entreprise a les ratios suivants:

Louise SA :

Marge bénéficiaire (marge EBIT) = 30%

Chiffre d’affaires total =  450

Capital total = 300

Posons la formule pour démontrer les 45% de ROI: 45% = 0.30*(450/300)

… les 45% de ROI : Marge EBIT / CA -> 150 / 450 (x100) = 30% multiplié par la rotation des actifs par rapport au chiffre d’affaires -> 450 / 300 = 1.5, soit 30% x 1.5 = 45%


Thelma SA :

Marge bénéficiaire (marge EBIT) = 15 %

Chiffre d’affaires total =  150

Capital total   = 50

Posons la formule pour démontrer les 45% de ROI :  45% = 0.15*(150/50)

… les 45% de ROI : Marge EBIT / CA -> 22.5 / 150 (x100) = 15% multiplié par la rotation des actifs par rapport au chiffre d’affaires -> 150 / 50 = 3, soit 15% x 3 = 45%


Comme vous pouvez le voir, les deux sociétés ont la même rentabilité globale (45%), mais les opérations des sociétés sont complètement différentes.

Louise SA génère des ventes élevées tout en maintenant un coût des marchandises plus bas, comme en témoigne sa marge bénéficiaire de 30%. Louise SA a une structure plus importante, qui a demandé des investissements initiaux (capital) conséquents qui lui permettent d’acheter et vendre de plus grosses quantités de marchandises, et donc d’obtenir des meilleurs prix et une meilleure marge. Par contre, la valeur de ses actifs ne lui permet de générer que 1.5x le montant de son chiffre d’affaires.

D’un autre côté, l’entreprise Thelma SA montre un capital investi plus bas, et donc plus rapide à rentabiliser. Elle vend des produits en réalisant une plus petite marge. Vous pouvez le constater grâce à sa faible marge bénéficiaire.