L’intelligence artificielle bouleverse la comptabilité

L’intelligence artificielle bouleverse la comptabilité

De nombreux processus sont automatisés, y compris ceux relatifs à la gestion de la paie et la facturation, et ce grâce au développement technologique et plus précisément l’intelligence artificielle. L’utilisation de cette dernière impacte certains métiers comme ceux relevant du domaine comptable. 

Dans une grande structure, la gestion de la paie et des factures est une tâche très exigeante et pas des plus faciles, surtout qu’une erreur unique peut affecter tout le travail et peut même coûter très cher à l’entreprise.

L’intelligence artificielle est mise au service de l’automatisation du travail au sein des entreprises. Avec ce dispositif, il suffit de scanner les documents comme les factures et les bons pour que le traitement soit assuré automatiquement et faciliter la passation des écritures comptables, ce qui constitue un gain de temps et d’argent.


Les outils utilisés

Parmi les outils utilisés, il y a Conciliator Expert de chez Dhatim qui est un logiciel dédié aux experts comptables. Grâce à ce logiciel, les séquences saisies par les humains sont supprimées au moment de la vérification des factures, conformément aux déclarations.

Le logiciel assure un gain en productivité qui s’élève à 30%. Mais le plus important est la réduction de la marge d’erreur par rapport au traitement humain. En effet, l’hétérogénéité de la machine est très restreinte, ce qui augmente ses performances. Thomas Bourgeois, CEO de Dhatim, souligne que la complexité de la tâche a été bien masquée avec Cociliator Expert et son utilisation se révèle très aisée, sans avoir à être un data scientist.

Le développement du créneau et l’intérêt qu’il suscite se manifestent également à travers les éditeurs de logiciels de gestion qui se penchent sur l’exploitation de l’intelligence artificielle, à l’instar de Cegid qui a réalisé un portail de gestion collaborative réservé à l’usage des experts comptables. Cette plateforme sert à la gestion de la paie et des factures des différents clients des cabinets d’expertise comptable.

Jusque-là, on devait indiquer au logiciel qu’on allait scanner tel ou tel document, mais désormais, l’intelligence artificielle procède au classement de façon systématique, comme l’explique Sylvain Moussé, CTO de Cegid. Le plus est que dorénavant le logiciel a la possibilité de distinguer entre une facture non reçue ou trop élevée. Toujours dans le même sens, Cegid a acquis Loop, une solution employée dans la comptabilité et qui s’appuie sur l’intelligence artificielle.

 class=

L’intelligence artificielle va-t-elle remplacer le travail humain ?

Cependant, il y a une question qui se pose de façon récurrente : avec l’usage de l’intelligence artificielle par les experts, est ce qu’elle ne va pas les remplacer ? La réponse est catégorique de la part de François Méro, directeur de la business unit experts comptables de Cegid, qui assure que l’IA ne peut remplacer l’homme, en soulignant qu’un métier qui évolue n’est pas un métier qui disparaît. Il donne comme exemple les agences de voyage physiques qui subissent une forte concurrence de la part des agences virtuelles et des sites internet spécialisés, et qui pourtant continuent d’exister avec une demande toujours présente.

Les besoins des consommateurs ne disparaissent pas avec l’émergence d’un avancement technologique. Les travaux de saisies sont certes confiés à l’intelligence artificielle, ainsi les professionnels peuvent consacrer plus de temps et d’efforts au conseil et à la relation client. Il faut garder à l’esprit que le but n’est pas de faire les mêmes tâches avec moins d’effectifs mais plus de choses avec le même nombre de personnes.

Le vrai défi est la transition du métier de l’expert-comptable qui doit s’adapter aux innovations technologiques qui marquent la profession, comme le confirme d’ailleurs Sanaa Moussaid, présidente du comité transition numérique du conseil supérieur de l’ordre des experts comptables. Il ne s’agit pas de contrer cette mutation technologique mais de faire preuve d’adaptation et de flexibilité. L’existence de ces outils est bel et bien évidente et la pérennité de la profession est conditionnée par son évolution. Le digital impose qu’on s’adapte et qu’on développe de nouvelles compétences.

Le rôle de l’expert-comptable peut se focaliser plus sur l’accompagnement des clients dans la sélection de la solution automatisée la mieux adaptée à leurs besoins. Dès lors, il évolue vers le statut d’expert-comptable augmenté. Contrairement à la bataille entamée entre les libraires et Amazon, les experts-comptables veillent à collaborer activement avec les concepteurs et les développeurs de l’intelligence artificielle dans le domaine de la comptabilité.

Au cours du dernier congrès des experts-comptables, Thomas Bourgeois a constaté l’intérêt porté à l’intelligence artificielle. Impression partagée par François Méro qui souligne que l’AI représente un défi qui peut être sujet de préoccupation. Mais grâce aux investissements lancés dans ce sens les professionnels peuvent se sentir plus rassurés.

Ceci dit, il ne faut pas nier que certains métiers, comme ceux des aide-comptables qui avaient la charge de la saisie, sont très menacés, mais des opportunités peuvent leur être offertes en les faisant monter en puissance. D’un autre côté, l’utilisation de l’intelligence artificielle au sein des cabinets d’expertise comptable peut être source de création d’emploi notamment pour les ingénieurs, les data scientists et les data analysts, ce qui va chambouler le cabinet d’expertise comptable qui ne sera plus celui d’antan.