40 conseils pour bien débuter en bourse

40 conseils pour bien débuter en bourse

Ci-après la présentation de 40 conseils et astuces pour bien démarrer son investissement en bourse, proposés par Nicolas Bazard qui a fait ses débuts dans le domaine en 2010.

A l’époque, cet investisseur n’était qu’un étudiant qui a ouvert un plan épargne en actions avec 300 euros. Il croyait que cette démarche va lui permettre de gagner sa liberté financière, mais il s’est rendu compte rapidement de son erreur.

Il a alimenté régulièrement son compte PEA avec l’argent gagné dans ses jobs d’étudiant soit quelque 100 ou 200 euros à la fois, mais entre-temps il a encaissé une perte de 1000 euros soit une petite fortune pour un étudiant.

C’est alors qu’il a commencé à se demander si la bourse était faite pour lui, si c’est un univers réservé aux personnes aisées, et s’il ne doit pas arrêter la dilapidation de ses économies.

A Noël il va recevoir un livre qui va chambouler sa vie « L’investisseur intelligent » de Benjamin Graham.

La lecture du livre lui a permis de prendre conscience que ce n’est pas la prise de risque qui lui a fait perdre son capital, mais le manque de formation à propos de l’investissement en bourse. Dès lors il a commencé à faire des placements sur tous les produits et les stratégies possibles à commencer par les options binaires, le Forex, le trading intraday, le CFD, les futures, etc.

Parmi les solutions testées, certaines ont généré quelques rendements, alors que d’autres ont abouti sur d’importantes pertes.

Le 31 juillet 2015, est une date importante pour le jeune investisseur qui a pu enfin présenter sa démission et quitter son job de comptable en cabinet. Un objectif atteint après une formation sur la bourse qui lui a permis de réaliser son but initial soit son indépendance financière.

En effet, la formation lui a permis d’acquérir les connaissances qui lui faisaient défaut et l’a aidé à monter sa propre stratégie d’investissement. S’il avait suivi cette formation en 2010 avant de se lancer et a pu développer sa méthode à l’époque, il aurait pu devenir millionnaire, en atteignant plutôt son indépendance financière.

Voici les 40 conseils que propose l’investisseur, et qu’il aurait aimé connaître à ses débuts en bourse :

1.Suivre une formation avant de débuter en bourse

Un investisseur qui place 10 000 euros au départ et au bout de deux semaines il ne lui reste plus que 2000 euros, aurait payé cher son manque de formation. Ainsi le refus de se former lui aurait valu 8000 euros.

Alors qu’en suivant une formation et en ayant comme capital de départ 10 000 euros, il aurait pu réaliser 20% de rendement et non pas 10%.

Après une vingtaine d’années, avec 10% de rendement il aurait gagné 67 275 euros, alors qu’après la formation il aurait réalisé 20% de rendement soit l’équivalent de 383 376 euros.

2. Eviter le Forex

Le marché de devises ou le Forex peut être une tentation. Les cotations sont faites sur la base des échanges réalisés en euros, en dollars ou autres devises.

En théorie, on peut acheter le dollar et au bout de quelques heures ou jours le revendre pour réaliser des plus-values. Malheureusement, la réalité est tout autre.

La popularité du Forex notamment parmi les débutants est due à la possibilité d’échanger les devises à toute heure du jour ou de la nuit, en plus de la possibilité d’utiliser des effets de levier particulièrement élevés pouvant multiplier par 10 ou même 20 les gains mais aussi les pertes.

La principale difficulté des devises est que la détermination de la valeur intrinsèque d’une devise se révèle très délicate.

Ce qui rend encore plus difficile l’anticipation du cours de la devise dans les mois ou les années à venir, et ce à l’opposé d’une action en progression dont la valeur intrinsèque et en hausse année après année.

S’il est difficile de connaitre la tendance sur une longue durée, il va de même sur le court terme. C’est ce qui explique la faillite au bout de quelques mois seulement, de nombreuses personnes qui opèrent sur le Forex.

3. Fuir les options binaires

Les ordres passés sur les options binaires passent par l’achat des PUT et des CALL en misant sur leur hausse ou baisse.

Malheureusement, une telle option n’enrichit au final que le courtier dont les honoraires sont élevés, sans omettre les arnaques courantes sur le marché Forex et celui des options, vu que dans 95% des cas, il serait impossible de retirer les gains.

La plupart du temps ces structures sont basées à l’étranger, ce qui implique la perte totale du capital et ce dès son placement, seulement l’investisseur l’ignore. Dès lors il vaut mieux fuir le Forex et les options binaires, au risque de se faire arnaquer.

4. Esquiver l’immobilier

De nombreuses personnes cherchent l’indépendance financière et dans la majorité des cas elles optent pour l’immobilier sans penser à la bourse. Or avec l’immobilier il serait impossible de réaliser 10% de gain chaque mois. Un tel investissement présente également plusieurs inconvénients à commencer par la difficulté de diversifier ses placements, avec le prix élevé des biens immobiliers.

En plus de la complexité de gérer les locataires, la période des vacances locatives, la rentabilité revue à la baisse à cause des frais d’entretien et des travaux de maintenance, la nécessité de recourir à un emprunt immobilier exorbitant pour le financement du bien, la difficulté de la revente, les impôts entre autres. Les rendements réels ne dépassent pas les 2 à 3% par an. Pour gagner son indépendance financière le plus tôt possible l’immobilier est un mauvais choix.

5. Choisir les actions pour débuter en bourse

Les actions garantissent une bonne rentabilité sur le long terme, la preuve le SP500 qui est présent depuis la révolution française. En misant sur la diversification de son portefeuille, il est possible de gagner entre 7 à 8% par an.

Contrairement à l’idée reçue, les actions ne présentent pas un grand risque. Evidemment il est possible que des entreprises déclarent faillite, mais il existe des histoires de succès dont le cours est multiplié par 100 en une dizaine d’années seulement comme est le cas d’Apple. Réaliser 7 à 8% de gain par an est une bonne chose, mais un rendement de 7 à 8% par mois c’est encore mieux.

6. Se méfier des médias de masse

Plusieurs experts présentent des émissions de télévision et expriment leurs avis dans des magazines en France. Or ce ne sont pas toujours de vrais experts en bourse ou même des investisseurs qui n’hésitent pourtant pas à conseiller les téléspectateurs ou les lecteurs qui ne possèdent pas de connaissance en la matière.

7. Etre vigilant en cas de manque de transparence sur des investissements

Des arnaqueurs rodent dans l’univers de la finance pour se remplir les poches aux dépens des investisseurs débutants. Pour les repérer aisément il suffit de vérifier leur historique de performance et de vérifier la transparence de leurs conseils.

En cas d’absence de telles références, il faut faire preuve de méfiance. Lorsqu’un prétendu conseiller propose neuf ou dix formations pour dix stratégies différentes, ceci indique qu’il y a neuf formations et donc stratégies inutiles et il convient de les éviter.

Un professionnel fiable n’hésitera pas à lister l’intégralité de ses trades qu’ils soient gagnants ou perdants pour plus de transparence.

8. Prévoir une épargne de précaution

Avant de se lancer dans un investissement en bourse, il faut disposer de fonds de précaution. Un père de famille qui a une maisonnée à sa charge et qui ne dispose que d’une petite épargne de 1000 euros ne peut se risquer en bourse.

En effet, le risque de perte en bourse est omniprésent. Il faut surtout éviter d’investir de l’argent dont on peut avoir besoin à tout moment pour ne pas se trouver dans une situation financière précaire.

9. Sélectionner un courtier expérimenté et fiable

Un investisseur doit sélectionner avec grand soin le courtier qui s’occupera de la passation des ordres. S’il facture 50 euros sur chaque transaction soit 50 euros à l’achat et 50 euros à la vente, il faut réaliser un rendement d’au moins 1% pour couvrir les frais de courtage.

La situation devient encore plus délicate en cas de perte, car il faut assumer aussi le 1% des frais dans la perte. Le courtier le moins cher pour le marché-actions USA  est DeGiro. D’un autre côté il est possible de faire des virements entrants et sortants sans subir de frais.

10. Passer des ordres judicieux

La bourse est un espace d’échange de titres et il faut donc des acheteurs et des vendeurs pour réaliser des transactions. On distingue entre deux types d’ordre soit l’ordre au marché et l’ordre limite.

Le premier est le fait d’acheter indépendamment du prix du marché, dès lors il est possible que le prix du marché soit de 30 euros et l’investisseur achète à 25 euros avec une moins-value de 17%. Alors que le deuxième précise une limite de prix par exemple l’achat est fixé au prix de 27,54 euros.  Il est préférable de passer toujours des ordres à prix limité, notamment en investissant dans les actions peu liquides.

11. Définir un profil de risque précis

L’investissement en bourse présente indubitablement un certain risque. Si un investisseur peut se permettre de tout perdre, alors il peut doubler son capital toutes les heures. Alors que pour quelqu’un plus prudent, il ne peut dépasser les 3% de rendement par an.

Il est primordial de répondre à certaines questions au préalable notamment ce qu’un investisseur va faire si son portefeuille encaisse une perte de 10% et qu’il passe de 10 000 euros à 9 000 euros. Est-ce qu’il va tout vendre et arrêter la bourse, ou il va continuer à investir en ayant confiance en lui ? Il va de même si son portefeuille enregistre une perte de 30% et qu’il passe de 10 000 euros à 7 000 euros. Est-ce qu’il va arrêter  ou va-t-il continuer ses placements en bourse ? Et si la perte est de 50%, qu’est-ce qu’il va faire ?

La réponse à ces questions, permet de définir avec précision le profil de risque d’un investisseur qui joue un rôle important dans la détermination de la stratégie d’investissement à adopter.

12. Prendre conscience du temps libre à sa disposition pour le consacrer à l’investissement

Pour aborder la bourse il est possible d’opter pour le trading ou l’investissement. Le premier nécessite d’y consacrer quelques minutes à quelques heures par jour, alors que le deuxième n’exige que quelques minutes à quelques heures tous les mois.

L’individu peut opter pour l’une des deux méthodes en fonction du temps dont il dispose et des objectifs visés. Ceci dit, plus on consacre du temps à la bourse, plus les rendements potentiels sont élevés.

Les conseils suivants de 13 à 32 sont orientés aux traders alors que ceux de 33 à 40 sont destinés aux investisseurs.

13. Eviter les actions CAC 40 en tant que trader

Pour gagner son indépendance financière, un trader a intérêt à fuir les actions du CAC 40, vu que les meilleurs titres garantissent un rendement annuel de 15%, alors que les plus mauvais enregistrent 3%. Dès lors, à ce rythme il serait impossible d’atteindre son indépendance financière avant la quarantaine.

L’indice est très populaire en France, car les Français préfèrent l’investissement dans les sociétés françaises. Pour quelqu’un qui dispose d’un capital de plusieurs millions d’euros le choix peut être justifié, mais entre un rendement de 5% avec les titres du CAC 40 et de 10% avec des titres américains, le deuxième choix s’impose.

14. Privilégier les actions américaines

Le marché américain présente des conditions avantageuses pour y effectuer des placements que ce soit en termes de volume ou de rendements. En effet il est très aisé de réaliser des transactions sur le marché USA, en plus le rendement y est plus élevé et il est impossible de réaliser un gain mensuel de 10% en Europe. Parfois il suffit de suivre la masse.

15. Oublier le PEA

Investir en un plan d’épargne d’actions permet de profiter d’économies d’impôts sous réserve que le placement soit en Europe. L’investisseur peut choisir d’investir en PEA pour réaliser des gains de 5% avec une économie d’impôt ou de gagner 10% chaque mois. Pour ceux qui cherchent à atteindre l’indépendance financière, le deuxième choix s’impose.

16. Délaisser l’analyse fondamentale

Pour un comptable qui de par sa formation universitaire, il avait l’habitude d’étudier les états financiers, la trésorerie, les bénéfices, etc. il peut être trop investi dans l’analyse fondamentale, car il perçoit les actions comme des parts de la société et il est tout à fait normal de se pencher sur les fondamentaux avant d’investir dans cette entreprise.

Malheureusement, cette démarche même si elle est pertinente, elle est inadaptée pour un trade sur le court terme. Il vaut mieux apprendre à identifier les tendances en suivant l’analyse technique. Cette approche permet de détecter un début de hausse pour passer un ordre d’achat et de vendre à la fin de cette tendance. En principe il est possible de passer de 10% par an à 10% par mois.

17. Opter pour l’analyse technique

L’analyse technique permet d’étudier les tendances pour détecter les changements potentiels et les mettre à profit. De nombreux indicateurs sont utilisés dont Ichimoku Kinko Hyo, qui est l’un des plus en vogue. Mais chacun peut choisir les indicateurs ou les ratios qui lui conviennent le mieux.

18. Privilégier l’unité de temps journalière

D’habitude dans l’analyse technique, les graphiques utilisent les prix correspondant à une minute, une  heure, un jour, ou autres. Il est possible de suivre les tendances de 10 minutes, 10 heures ou 10 jours. Pour les résultats obtenus ils correspondent à 0,1% pour 10 minutes, 1% pour 10 heures et 10% pour 10 jours.

Pour un trader très actif, il peut tenter de réaliser un gain de 0,1% au bout de quelques minutes, alors que pour quelqu’un de moins actif il peut essayer de remporter 10% en plusieurs mois. Mais il est recommandé de privilégier l’unité de temps journalière pour gagner 10% au bout de quelques jours, pour un meilleur rapport temps-rendement.

19. Eviter de consulter fréquemment le marché boursier

En optant pour l’unité de temps journalière, le trader dispose d’une visibilité sur la tendance qui va marquer les jours qui suivent. Dès lors il n’est guère nécessaire de consulter la bourse très fréquemment. C’est déconseillé car, ceci peut être contre-productif, avec la tentation de vendre ses titres à la moindre variation baissière.

Pour les personnes souhaitant opérer sur le marché américain, l’ouverture est à 15h30 et la fermeture à 22h00. Pour garder un œil sur les variations, il suffit de consulter l’évolution du marché à l’ouverture, en milieu de la séance vers 18h à 19h00 et à la fin de la journée aux alentours de 21h00 à 22h00. Cette démarche se révèle simple et efficace notamment pour un salarié qui souhaite gagner son indépendance financière.

Pour les personnes ne disposant pas de beaucoup de temps, il est possible de consulter la bourse aux alentours de 18h à 19h00. Il est possible de visionner l’évolution des cours de 5 ou 6 actions du portefeuille depuis son téléphone mobile et cette action ne prend que cinq minutes.

20. Le marché boursier 5% stratégie et 95% psychologie

Un trader doit évidemment mettre en place une stratégie et veiller à son application pour avoir les retombées souhaitées. Il faut dire qu’il ne serait pas toujours possible de prédire l’évolution des cours.

Ce qui peut source d’inquiétude et d’effroi pour bon nombre de personnes. C’est ce qui entrave certains qui ne passent pas à l’action, alors que tous les indicateurs sont au vert. L’effet psychologique joue un rôle primordial dans ce type de placement.

21. Tester une nouvelle approche en réalisant un mois de paper trading

Pour faire face à la crainte, il vaut mieux ne pas investir son propre argent. Il serait plus judicieux de suivre les actions convoitées pendant un mois en notant tous les détails les concernant.

Dans le cas de perte d’argent virtuel, ce serait l’occasion de comprendre la raison derrière cette perte. Dans le cas où le mois se révèle insuffisant, il vaut mieux poursuivre jusqu’à être fin prêt.

22. Se méfier des simulateurs en ligne

En général, les débutants essaient de passer par des simulateurs ou ils créent des portefeuilles virtuels. Cette méthode peut servir à l’apprentissage et pour faire des erreurs  sans risquer son argent. Mais placer de l’argent virtuel ne correspond pas à investir de l’argent réel.

La préparation est utile, mais ce n’est pas une garantie pour réaliser un bon investissement. Il y a toujours le risque omniprésent et avec son lot de doutes et d’incertitudes. L’investissement boursier repose sur 1% de méthode et 99% de discipline.

La réaction du trader au moment d’encaisser sa première perte de 10 ou 20% est révélatrice. D’habitude c’est la panique et il cherche à solder sa perte, juste avant que le cours ne se redresse. Le doute domine plus particulièrement lorsque la somme investie est importante. C’est cet aspect psychologique qui manque au moment de la gestion d’un portefeuille virtuel.

23. Commencer avec un petit placement

Au moment de débuter en bourse, il faut tester, expérimenter, se tromper et apprendre. Il n’est guère important de placer une petite somme dans un mauvais placement. C’est l’occasion d’apprendre de ses erreurs et de mettre en place une méthode bien rodée.

Il serait possible par la suite, de placer des montants plus importants et de gagner plus d’argent en bourse de manière plus durable. Aucune somme minimale n’est exigée pour commencer à investir en bourse. Mais si une personne ne possède pas 300 euros comme début, il vaut mieux pour elle d’éviter la bourse.

24. Employer les outils les plus pertinents

Pour l’analyse graphique, il est possible d’utiliser Tradingview, Stockcharts et Prorealtime. Comme il serait possible de dénicher des actions avec un potentiel important via Finviz.

25. Eviter de placer tout son argent en une seule fois

Après la réalisation de son paper trading pendant un mois ou plus si nécessaire, il serait temps de commencer par placer un petit montant idéalement 1000 euros.

Il n’est guère nécessaire de risquer tout son argent. C’est le moyen de tester l’effet psychologique et avancer progressivement pendant un ou deux mois en testant cette fois l’argent réel et non pas virtuel. Il n’est pas nécessaire de se hâter sans être prêt à 200%.

26. Etre prêt à perdre de l’argent

Un trader confirmé gagne dans 80% des cas, et perd dans 20% des cas. Dès lors il faut être prêt à encaisser des pertes au moment d’investir en bourse. Mais le but est de réaliser des gains plus souvent que des pertes et que les gains dépassent largement les pertes.

27. Considérer le montant investi comme perdu

Cette démarche permet d’être prêt psychologiquement à subir une perte à tout moment, surtout au début.

L’apprentissage à travers des formations et des livres ne protègent pas des erreurs, car un débutant va en faire pour apprendre par la suite et développer sa stratégie. Il ne s’agit pas d’éviter les erreurs mais d’apprendre de ses erreurs. 

Les premiers investissements sont des tests, il serait judicieux de prendre quelques risques, d’essayer différentes méthodes et de vérifier si la démarche fonctionne. C’est l’unique façon de déterminer la meilleure méthode qui fonctionnera. Avec le temps, chaque année deviendra meilleure que la précédente.

28. Eviter de faire des placements à contre tendance

Pour un trader qui investit sur la bourse américaine, il peut toujours garder un œil sur les places européennes qui ouvrent avant. Ainsi il peut se faire une idée sur le marché aux USA en observant celui d’Europe.

En effet, lorsque le CAC40 gagne 3 points, l’ouverture des bourses américaines se fera en forte hausse, alors que si l’indice parisien perd 3 points, alors méfiance.

Il est essentiel de ne jamais faire un  investissement à contre tendance. Lorsque cette dernière est à la baisse, il est préférable de ne pas prendre de risque inconsidéré.

29. Diversifier son portefeuille

Miser sur une seule action, sera critique. En effet, lorsque cette action perd 20% de sa valeur, c’est tout le portefeuille qui perd les 20%. Et pour retrouver un certain équilibrer il faut que ladite action gagne 25% par la suite. Il est hautement conseillé de ne jamais avoir plus de 10% de son argent sur une seule position.

30. Prévoir un ordre stop

Avoir toujours un ordre stop ou à seuil de déclenchement, est d’une grande importance. Il serait judicieux de placer un tel ordre à 50% de l’objectif visé.

Dans le cas où un trader achète un titre à 10 euros et que son objectif de gain est de 12 euros, soit un gain de 20%, l’ordre stop doit être placé à 9 euros, étant donné que 50% de 2 euros est 1 euro. Dès lors si le cours franchit la barre de 12 euros, le trader vend en réalisant une plus-value de 20%, mais si le cours chute au-dessous de 9 euros, il vend avec une moins-value de 1 euro.

31. Décider d’un point de sortie

Avec toute prise de position, il est primordial de définir un objectif de gain mais aussi un seuil limite de perte.

Dans le cas par exemple où le trader prenne position à 10 euros et que le cours de l’action monte à 11 euros, puis 12, 13, 14 et même 15 et il ne vend toujours pas dans l’espoir de voir le cours augmenter plus, il est possible qu’à un moment donné, le cours chute à  9 euros. Mais le trader persiste à ne pas vendre dans l’espoir que le cours regagne des points. Seulement le cours chute plus à 5, puis 3 et 1 euro.

D’un autre côté, supposons, qu’après la prise de position initiale, le cours plonge à 9 euros dans l’expectative d’une éventuelle hausse le trader garde sa position. Mais le cours poursuit sa tendance baissière à 8, 7, 6 et 5 euros.

De telles situations sont réelles et à ses débuts, tout trader peut les confronter. Si le trader respecte son objectif de profit et son ordre stop, il est possible qu’il rate l’action qui poursuit sa hausse dans 5% des cas, mais dans 95% des cas  il aurait évité de perdre ses capitaux. Il importe donc de bien respecter son objectif de gain et son ordre stop pour éviter de grosses pertes.

32. Procéder régulièrement au retrait de 25 à 50% des gains réalisés

Il est possible de réaliser des gains rapides en bourse, mais c’est le  cas aussi avec les pertes. Tant que l’argent est toujours présent sur le compte-titres, il est loin d’être gagné.

D’où la nécessité de retirer régulièrement une part des gains réalisés. L’investissement en bourse peut s’accompagner de frustration et en retirant ses profits, il serait toujours possible de se faire plaisir avec.

33. Diversifier les placements

Il est connu, que les actions s’associent à un niveau de risque élevé, mais aussi un bon rendement sur le long terme.

Ce type de placement est grandement volatil, il peut perdre 10% sur une journée pour en gagner sur une autre. En vue d’éviter l’effet yo-yo à son portefeuille, il est recommandé d’investir dans diverses entreprises et dans différents pays. Il ne faut pas hésiter à diversifier les secteurs d’activité aussi pour limiter le risque. L’investissement doit tenir compte de l’objectif de l’individu et de son âge.

A ce propos, le type d’actions qu’on peut se permettre d’acheter à 20 ans n’est pas le même qu’à 60 ans. La diversification concerne également les autres types d’actifs, ainsi il ne faut pas se limiter uniquement aux actions, mais de placer son argent en obligations, matières premières et autres produits financiers.

34. Tenir compte de l’aspect fiscal

L’aspect fiscal est d’une grande importance car il impacte les performances en bourse en réduisant à moitié les profits gagnés. En supposant qu’un individu investit dans des actions aux Etats-Unis avec un compte-titres.

Les plus-values réalisées peuvent faire partie du revenu imposable et être assujetties à l’impôt sur le revenu. Dès que les revenus atteignent les 2230 euros, la plus-value réalisée devient imposable à 30%. Il faut compter aussi 15,5% de prélèvements sociaux, ce qui fait un total d’impôt de 45,5%. Ceci dit, il existe des moyens pour investir sur le marché boursier sans avoir à verser d’impôts.

35. Opter pour l’investissement dans les ETF

La grande majorité des investisseurs, près de 90%, n’arrivent pas à battre le marché, dès lors on peut se demander à quoi bon tenter de le battre à long terme. Il vaut mieux le suivre.

C’est la raison pour laquelle, il est préférable de recourir aux ETF ou les trackers. Les ETF suivent les indices boursiers à l’instar du CAC 40. Dans le cas où cet indice boursier gagne un point, l’ETF CAC 40 réalise également un gain de 1%. Et si au contraire l’indice perd un point, l’ETF CAC 40 perd également un point.

36. Diversifier le portefeuille intelligemment

Les ETF suivent les indices boursiers, mais il ne s’agit pas seulement des indices actions, mais aussi les autres comme les indices obligations, les indices matières premières, les indices métaux précieux, etc. La diversification est primordiale dans un investissement en bourse car elle permet de se prémunir contre la volatilité et le risque.

37. Faire preuve de patience

L’investissement en bourse ne peut être grandement rentable que sur le long terme. Il faut faire preuve de patience car il est impossible de devenir milliardaire en moins de 10 ans.

Il va sans dire que l’enrichissement via la bourse est possible mais il faut beaucoup de discipline et une régularité dans l’investissement. Connaître les règles du jeu ne requiert que 5 minutes mais pour maitriser les rouages, il faut plus de temps.

38. Etre conscient de la variation au fil des ans

 Lorsque les prévisions annoncent qu’un tel ou tel placement aura un rendement annuel de 10%, certains peuvent penser que chaque année, il va assurer des gains de 10%. Or ce n’est pas le cas.

Il est possible qu’au cours d’une année l’investissement génère 23,44%, puis l’année suivante -5,99% et l’année d’après 3,12%. Le rendement varie d’une année à une autre. Lorsqu’on investit sur le long terme, il ne faut pas changer d’avis au bout de 6 mois seulement.

39. Employer les bons outils

Il faut bien sélectionner les outils adaptés pour avoir une meilleure visibilité sur le marché et son évolution sur le long terme. Parmi les outils à utiliser pour dénicher les meilleurs ETF, il y a Morningstar et ETFDB.

En vue de tester des portefeuilles virtuels et s’initier à l’investissement en bourse en toute sécurité, il serait judicieux de recourir à Portofoliovizualiser et en vue de sélectionner les actions soi-même il est possible d’utiliser Stockopedia.

40. Suivre des formations

Investir en bourse nécessite une bonne préparation de la part de l’investisseur qui doit avant tout penser à se former.

l existe des formations et des livres pour apprendre tout sur l’investissement en bourse. Ces formations ne vont pas permettre d’éviter les erreurs, mais il faut apprendre de ces dernières, ne pas commettre la même erreur à deux reprises et surtout ne jamais abandonner.

La formation et l’apprentissage sont bons, mais le plus important est de mettre en application ce qu’on apprend autrement c’est inutile. Il convient de se rappeler enfin que la bourse c’est 1% de technique et 99% de discipline.