Quelles sont les compétences utiles pour s’adapter à la digitalisation de l’économie?

Quelles sont les compétences utiles pour s’adapter à la digitalisation de l’économie?

Dans un monde qui se digitalise et qui se caractérise par sa complexité, sa volatilité et son ambiguïté, le savoir-être occupe une position primordiale dans cette équation. Ci-après, un éclairage sur les profils qui s’adaptent au mieux aux mutations annonciatrices de cette nouvelle ère.

De nos jours, on parle de plus en plus de transformation digitale que ce soit en Suisse ou à l’étranger. Et le plus souvent, c’est le département informatique qui est le plus impliqué, autrement les autres départements des entreprises savent peu ou pas comment l’aborder. Il devient incontournable pour tous de s’adapter, à commencer par les ressources humaines. 

La technologie évolue rapidement mais elle demeure toujours un outil ou un moyen pour réaliser les objectifs de l’entreprise en dynamisant sa performance, en améliorant l’expérience client, en augmentant la productivité et en diminuant les coûts. En d’autres termes, elle sert à garantir la pérennité de l’entreprise.

Entre la création de l’indice Fortune 500 et 2015, 88% des structures qui y figuraient ont été condamnées à disparaître. Alors que cette période ne connaissait pas de grandes mutations technologiques, contrairement à ces jours-ci. La technologie requiert des acteurs aptes à l’utiliser efficacement pour mieux servir les entreprises. Et c’est là qu’interviennent les RH pour dénicher les bons profils qui s’adaptent mieux à ces outils novateurs. 

 

Qu’est-ce que «Vuca»?

L’expression VUCA a été employée pour la première fois vers la fin des années 90 par l’académie militaire américaine de formation des cadres. Ce terme qui est l’abréviation de Volatility, Uncertainty, Complexity and Ambiguity vient décrire l’époque marquant la fin de la guerre froide et le début d’une nouvelle ère. 

Depuis, l’expression a été empruntée par le monde des affaires notamment pour décrire l’époque de la transformation digitale. Cette dernière a généré un contexte marqué par une grande volatilité, mais aussi de l’incertitude, de la complexité et de l’ambiguïté dans l’univers des entreprises. Une situation qui ne peut que compliquer le travail des dirigeant(e)s de sociétés, de PME comme de grandes entreprises, mais aussi de leurs collaborateurs et collaboratrices, qui doivent faire face à une abondance de l’information, à l’automatisation des différentes tâches, en plus de la désintermédiation. 

L’université d’Oxford a publié une étude en 2013 qui prévoyait que la moitié des jobs existants allaient disparaître à l’horizon de 2030. Les professions qui vont résister sont du type généraliste requérant une compréhension de l’humain ainsi que les métiers en relation avec l’innovation.

Les Spécialistes ne sont pas en reste. Par exemple, dans la finance d’entreprise et la comptabilité, les besoins en ressources humaines sont importants. Adecco a publié fin 2018 une étude qui montre que les métiers du fiduciaire sont très recherchés par les entreprises et qu’ils manqueront de spécialistes en finance et comptabilité pour combler les besoins de l’économie. 

 

 

Les profils requis

Dans un contexte en mutation constante, les profils qui seront les plus requis doivent répondre à un certain nombre de critères et d’exigences notamment en matière de:

Compétences: Le profil doit avoir l’aptitude de comprendre les informations et de les analyser efficacement et rapidement en vue de résoudre des problématiques de plus en plus complexes. De même qu’il doit faire preuve d’une maîtrise de sujets variés et être apte à établir des rapports logiques entre divers éléments. La formation continue est donc un élément essentiel pour tout(e) professionnel(le) et manager qui veut assurer des compétences actualisées et répondant aux besoins du marché du travail. Par ailleurs, les Etats, dont la Confédération, ont bien compris les enjeux liés à la formation professionnelle et ont mis sur pied des financements sous forme de subsides fédéraux pour permettre à tout un chacun de se former. 

Motivation : les entreprises seront en recherche du collaborateur qui n’hésite pas à quitter sa zone de confort pour acquérir de nouvelles aptitudes et compétences. Il doit être motivé et considère chaque changement comme une nouvelle opportunité au lieu de la percevoir comme étant un risque. C’est un profil qui est prêt à s’immerger dans la nouveauté au lieu de la craindre.

Personnalité: Le collaborateur doit prendre des initiatives et ne pas se contenter d’exécuter des tâches prescrites. Il doit être proactif et apte à prendre des décisions en toute autonomie. Il doit pouvoir gérer les difficultés et les obstacles et faire preuve d’inventivité pour les dépasser. Le bon collaborateur doit être capable de défendre son point de vue et de l’imposer le cas échéant. Autrement dit, il doit pouvoir prendre l’ascendant sur autrui.

Un tel changement nécessite l’adoption de nouveaux outils pour détecter et évaluer les candidats, car les méthodes traditionnelles sont dépassées. En effet, auparavant le CV présentait l’historique et ne mettait pas en avant le savoir-être. De même les entrevues d’embauche ne sondaient pas convenablement le profil. 

De nos jours l’intelligence artificielle est au service des RH pour leur proposer des outils prédictifs à même de jauger le profil qui est susceptible de faire la différence dans une entreprise.

 

Se former en ligne avec les technologies de l’éducation

La formation est primordiale pour s’adapter au contexte économique en pleine mutation en termes de besoins en compétences. 

Les innovations dans le monde de la formation professionnelle ne sont pas en reste. La digitalisation a aussi lieu dans ce domaine pour offrir un confort et une rapidité d’accès aux apprentissages aux professionnel(le)s qui le souhaitent. 

BetterStudy, leader Suisse de la formation professionnelle 100% en ligne, offre des cours qui développent les compétences recherchées par les employeurs. 

Actuellement le catalogue de formation de BetterStudy inclut la finance et la comptabilité suisse. Cela inclut notamment du Droit, de la fiscalité (dont la TVA), les salaires et assurances sociales. 

De nouvelles formations sont en cours de préparation, notamment en ressources humaines (RH) avec le Certificat d’Assistant(e) en gestion du personnel, en économie, en communication, en technique de recherche d’emploi, etc. 

Découvrez les formations de l’institut BetterStudy 

Devenez comptable