Comment utiliser le mind map pour réussir sa formation?

Comment utiliser le mind map pour réussir sa formation?

A la découverte des Mind Maps

Une image vaut 1000 mots, ce dicton en dit long sur la force de l’image dans la représentation. Et c’est de là qu’émane le mind map, parfois appelé carte mentale en français. Découvrons de quoi il s’agit!

Définition du mind map

Le mind mapping est apparu dans les années 70 pour organiser les données afin de mieux les mémoriser en mettant à profit un schéma heuristique. On peut dire que la carte mentale retrace le fonctionnement du cerveau notamment en ce qui concerne l’acheminement associatif des idées. En d’autres termes, c’est la mise en relation entre un sujet ou un concept et les données qui leur sont associées.

L’organisation de la carte mentale se présente comme une architecture des relations sémantiques et hiérarchiques entre les différentes idées ou concepts, elle est conçue sous forme d’arborescence temporaire et arbitraire renvoyant vers le développement d’une pensée.

La carte mentale, tout simplement

Le mind mapping est un système simple et efficace, permettant l’organisation des idées en rapport avec un concept particulier, la trouvaille de nouvelles idées et la mise en place de liens logiques entre les différentes informations réunies.

Si on souhaite schématiser le mind mapping, on peut se le présenter sous forme d’image centrale comprenant le sujet primordial, alors que les branches découlant du centre forment les différentes idées principales représentées par des mots-clés et liées à d’autres idées secondaires qui forment les sous-branches. Il est possible d’agrémenter cette arborescence avec des majuscules, des couleurs, des dessins, etc. Le but est d’aider à la mémorisation des éléments les plus importants.

Utilité du Mind Map

Le mind mapping est un concept qui s’est grandement développé au cours des dernières années et il sert à :

-L’organisation aisée des idées

En prévision d’une présentation ou un discours en public, une préparation d’un projet, etc., il est très important d’avoir les idées claires et organisées et c’est là qu’intervient le mind mapping. Ce concept s’avère fort utile lorsqu’on doit intervenir à l’imprévu. Dans ce cas il suffit de prendre cinq minutes pour mettre en place une carte mentale récapitulant les objectifs, les résultats, les éléments les plus importants, les faits, etc., pour les présenter de façon claire, concise et sans rien oublier.

-La mémorisation

Le mind mapping est un outil très efficace qui est souvent utilisé dans le processus d’apprentissage. En effet, une application systématique et assidue de cette méthode permet de mémoriser une quantité importante de données et d’informations en un laps de temps assez court.

La technique du mind mapping est particulièrement utile pour les personnes en formation. On peut utiliser le mind map directement en cours ou après le cours lors des révisions ou préparations aux examens.

-Le brainstorming

Dans le processus de recherche de nouvelles idées en rapport avec un sujet donné, le mind mapping s’avère très efficace et pertinent. En effet, grâce notamment à la consignation de mots-clés en relation avec un thème particulier, en toute liberté et sans restriction, le cerveau est stimulé et l’activité cérébrale est à son summum. C’est une technique prouvée pour réveiller le côté créatif d’une personne et faire émerger de nouvelles idées.

Comment monter son premier mind map?

Pour monter son mind map il faut se baser sur une image centrale et des branches composant les idées principales et secondaires en employant des mots-clés qui leur sont associés. Mais comment procéder pour monter son mind map en détail?

– Réunir le matériel nécessaire

Il faut dire qu’une feuille de papier A4 et un crayon sont largement suffisants pour créer une carte mentale, mais il est possible d’ajouter des couleurs aussi ou des marqueurs pour mieux souligner les différentes idées et les rendre aisément mémorisables.

– Utiliser la feuille

Pour commencer, il est conseillé de présenter la feuille en format paysage, car cette disposition coïncide avec le mode de vision naturelle de chaque individu. En effet en procédant à un petit test, on peut constater que la vision de l’être humain s’étale sur l’horizontale et non pas la verticale.

Commencer sa carte mentale avec une image centrale

Le sujet ou le concept principal doit être placé au coeur de l’image centrale. Et c’est à partir de là que sera développé le mind map. Il n’est guère nécessaire d’être un artiste confirmé pour créer le dessin de sa carte mentale. Le but est de mettre en place une représentation schématique et non pas un chef-d’oeuvre.

C’est une illustration du sujet qui permet de stimuler la sphère logique et artistique du cerveau. Il est hautement recommandé d’utiliser différentes couleurs et de placer les mots-clés dans des formes vaporeuses comme un ovale ou un nuage au lieu de les placer dans des formes fermées comme le carré ou le rectangle.

Créer les branches principales

Reliées à l’image centrale, les branches principales contiennent les mots-clés en relation avec les idées les plus importantes en rapport avec le thème à traiter, et sont placées au centre.

Il est très important de respecter la structure du mind map en n’écrivant qu’une idée par branche et de mettre les mots-clés au-dessus de la branche, en majuscule pour faciliter leur lecture et leur mémorisation.

Il serait pertinent aussi d’employer une couleur différente pour chaque branche principale en traçant des ramifications en courbes au lieu des traits droits. Il est possible d’ajouter des illustrations associées aux mots-clés tout en veillant à l’harmonie et la structure du dessin, d’ailleurs il vaut mieux avoir un dessin aéré et bien organisé pour faciliter sa consultation.

Ajouter les branches secondaires

Les branches secondaires viennent étoffer la carte mentale et ajouter plus de détails à la structure initiale. Mais elles respectent les mêmes règles que les branches principales. Il faut juste employer pour chaque branche secondaire la même couleur que celle de la branche principale afin de faciliter la mémorisation.

De telles illustrations constitueront les icônes cliquables pour le cerveau pour réactiver les informations qui leur sont associées. Il n’est pas nécessaire d’avoir un dessin parfait avec des images et des illustrations bien faites, mais il est important d’organiser ses idées pour composer une image mentale claire et facile à retenir.

Comment prendre des notes efficacement à l’aide du mind map?

Si personne ne peut douter de l’utilité et l’efficacité du mind map de même que la façon de le monter pour une plus grande clarté de la structure et des informations, il est très important aussi de comprendre la méthode de prise de notes à développer grâce au mind map.

-La prise de notes classique

Généralement la prise de notes se révèle chez la plupart des gens une opération hasardeuse et peu organisée. Les informations sont cumulées en fonction de leur ordre d’apparition dans un rapport ou un livre ou sous la dictée d’un professeur. Il est très courant aussi de suivre le plan de l’auteur ou de l’enseignant en privilégiant la prise de notes à une assimilation des données notées.

Dans les meilleurs des cas on peut utiliser différentes couleurs pour chaque contenu et les données sont lisibles mais désorganisées et mal structurées. Alors que dans le pire des cas notamment si le rythme est rapide, les notes ressemblent à un gribouillis illisible et qui n’a pas de sens.

Le plus souvent on ne comprend pas ce qu’on a noté, chose qui rend la mémorisation encore plus difficile, d’où la nécessité d’adopter les bonnes méthodes pour la prise de notes.

La démarche du mind map

En vue de favoriser la mémorisation il est très important de comprendre l’information avant de la noter. Il est primordial d’assimiler les renseignements et de les digérer afin de sortir avec des notes synthétiques dites idées-forces qui se présentent en tant que mots-clés sur la carte mentale.

Ces mêmes mots-clés seront exploités dans l’arborescence du mind map et de ce fait on passe du statut passif de prise de notes à celui plus actif d’assimilation et d’organisation rapide des données. Il est possible d’étoffer sa prise de notes avec des commentaires ou des remarques qui aident lors de la révision. Pour gagner en efficacité il est possible d’organiser ses idées en adoptant une méthode en six étapes à savoir:

-La préparation

Pour commencer il vaut mieux s’installer dans un coin calme et confortable qui favorise la concentration, en se munissant de tout le nécessaire notamment des feuilles, des stylos et des crayons de couleur, etc. Dans le cas où on utilise un outil numérique, il faut s’assurer de son fonctionnement et de l’état de la batterie pour éviter l’interruption du processus à tout moment.

Ensuite, il faut se préparer mentalement avant de passer à l’action. A ce propos il faut revoir ses acquis en rapport avec le thème objet de la prise de notes et ce qu’il faut acquérir en guise de renseignements et d’informations supplémentaires. Une telle démarche permet de mieux appréhender sa carte mentale.

Il est possible d’employer aussi la méthode des journalistes consistant à répondre aux questions habituelles combien, qui, quoi, comment, où, quand et pourquoi.

-La prise de notes effective

Au cours d’une première prise de notes, il n’est pas nécessaire d’atteindre la perfection, le but étant de s’initier à la bonne méthode qui sera perfectionnée avec la pratique. Pour une première tentative il s’agit plus d’un brouillon de la carte mentale et dans ce cas il vaut mieux employer un crayon lors de la consignation des notes car c’est plus facile d’effacer et de rectifier les erreurs.

Il est recommandé d’utiliser des tableaux et des illustrations pour le mind map, mais sans trop l’encombrer. En cas de besoin il ne faut pas hésiter à prévoir une page supplémentaire pour les tableaux et graphiques.

-La relecture des notes

Après la phase de prise de notes, il faut prendre le temps de les relire, d’une part pour corriger les erreurs s’il y en a, et d’autre part car cette approche réactive la mémorisation.

-La digestion des données

Une fois la relecture est terminée, il est temps de laisser le cerveau digérer toutes les données retenues avant de les relire une nouvelle fois dans le cadre d’une deuxième réactivation du processus de l’apprentissage.

-La réorganisation

Pour mieux retenir les informations objet de la prise de notes, il est avisé de revoir sa carte mentale le soir même ou le lendemain. C’est l’occasion de colorer un peu plus le mind map, d’ajouter des illustrations ou des symboles à côté des éléments phares et de souligner les idées les plus importantes. Il faut veiller à ce que l’illustration soit claire, lisible et équilibrée, tout en signalant les points à améliorer.

-La mise au propre

Après les multiples changements apportés à la carte mentale, il serait temps de la mettre au propre. Ce travail doit être méticuleux et soigné pour faire travailler ses hémisphères cérébraux tout en préparant un document qui sera exploitable à l’avenir pour les prochaines révisions, c’est aussi une opportunité pour réactiver encore une fois ses connaissances.

Enfin, avant de mettre cette méthode en application, il vaut mieux s’entraîner plusieurs fois au calme pour développer les bons gestes et réflexes en commençant par des articles, des livres ou des vidéos. La tâche se révélera plus aisée avec la pratique. Une bonne utilisation du mind map permet une bonne gestion du contexte qu’il faut maîtriser que cela soit au niveau professionnel, personnel ou pour une formation.