Qu’est ce qu’est une classe d’actifs ?

Qu’est ce qu’est une classe d’actifs ?

Lorsqu’on parle d’une classe d’actifs, il s’agit d’un groupe homogène de ressources qui a une valeur financière et qui peut générer des revenus au détenteur.

C’est justement le cas des actifs immobiliers, des actifs financiers, de l’argent liquide, des collections d’art ou de timbres, entre autres. Ci-après une liste des principales classes d’actifs.

Les classes d’actifs les plus courantes

Une classe d’actifs rassemble des actifs se caractérisant par leur homogénéité et possédant des propriétés similaires.

Ils peuvent appartenir à des catégories variées et ils présentent un certain niveau de risque.

Des éléments qui permettent de jauger leur adaptabilité à l’objectif patrimonial du détenteur. Parmi les principales classes d’actifs on trouve :

  • L’argent liquide : c’est la classe la plus répondue et les actifs se présentent sous forme de devises.
  • Les produits de taux : il s’agit des produits monétaires comme le livret A, les certificats de dépôt, les bons de Trésor et les billets de trésorerie. En plus des produits obligataires, notamment les obligations à taux fixe, les obligations des sociétés, les obligations indexées, etc. En principe cette classe d’actifs se distingue par la régularité des versements et la prédictibilité des rendements.
  • Les actions : cette catégorie rassemble les actions des entreprises, mais aussi les titres de propriétés et les produits dérivés comme les futures, les options et les warrants. De tels actifs présentent un risque élevé mais aussi des rendements potentiels très importants.
  • Les actifs physiques : cette classe réunit les biens immobiliers, les métaux précieux, les matières premières, entre autres. En général ces actifs sont sécuritaires et sont considérés comme des valeurs refuges. C’est la raison pour laquelle, ils sont prisés par les investisseurs prudents qui cherchent une bonne protection du patrimoine.
  • L’art : les actifs appartenant à cette classe ne sont pas pris en compte dans la base imposable de l’impôt sur la fortune immobilière, ce qui permet de réaliser des plus-values rapides et importantes. C’est aussi une source d’affirmation intellectuelle pour le propriétaire.

Il est à noter que les organismes de placement collectif en valeurs mobilières peuvent intégrer différentes classes en fonction des actifs qui composent leurs portefeuilles, soit les actions, les obligations ou autres. La variété de leurs positions permet de les placer aussi dans une classe d’actifs spécifiques.

Devenez comptable

Diversification des actifs pour une gestion optimale

En fonction des besoins, des attentes et des objectifs de l’investisseur, celui-ci peut sélectionner la classe d’actifs qui l’intéresse, voire opter pour plusieurs d’entre elles.

Un tel choix lui permet la diversification de son portefeuille pour réduire l’exposition au risque inhérent à tout placement. Il faut dire que chaque classe présente un rendement et un niveau de risque différents.

En ce qui concerne les actions, elles présentent l’avantage d’offrir une bonne valorisation des capitaux investis, mais en contrepartie, leur niveau de risque est particulièrement élevé.

Elles entrent dans les investissements adoptant une stratégie patrimoniale offensive, c’est pourquoi elles sont souvent choisies par les jeunes investisseurs.

Alors qu’elles sont de moins en moins sélectionnées par ceux qui s’approchent de la retraite, vu que dans ce cas les épargnants sont plus en quête de sécurité.

Quant aux obligations, le niveau de risque qui leur est associé est modéré et elles sont souvent intégrées dans une stratégie patrimoniale conservatrice ou plus réservée. Mais le niveau de risque devient plus important en cas de hausse des taux.

D’un autre côté, l’immobilier est considéré comme un actif illiquide mais qui s’adapte à une grande partie des épargnants au regard de la sécurité du placement et le gain de pouvoir d’achat qu’il assure sur le long terme.

En effet, avec cet investissement, l’épargnant n’aura plus à payer de loyer, en plus de l’exonération d’impôt sur les plus-values pour le cas de résidence principale.

Enfin il y a le cash ou l’argent liquide qui présente une espérance de retour faible, mais tout en garantissant une grande liquidité et la préservation des montants placés initialement.

Il convient enfin de souligner qu’une étude de l’AMF qui a été publiée en 2015 précise que les actions représentent les actifs offrant le plus de rentabilité sur une longue période.

Les actions acquises en 1988 et qui ont été gardées jusqu’à 2013 avec le réinvestissement des dividendes, assurent un rendement annuel moyen de 6,6%. Mais si le placement est sur une courte période, ce type d’actifs peut générer des rendements négatifs.