Deuxième journée noire en Bourse pour Uber

Deuxième journée noire en Bourse pour Uber

L’introduction en bourse d’Uber est considérée comme la plus importante de l’année et pourtant la bonne nouvelle n’a pas duré bien longtemps avec le recul de la valeur de l’entreprise à Wall Street. Une certaine méfiance est constatée chez les investisseurs concernant la profitabilité des plateformes de VTC.  

Au cours de la première journée de cotation après son introduction en bourse vendredi 10 mai, l’enseigne a perdu 7,6% de sa valeur pour terminer la journée avec une valorisation boursière de 41,57 milliards de dollars. Cette tendance s’est maintenue au cours de la seconde journée avec une perte de 10,7%. 

Le cours de l’action à la fermeture de la journée du lundi était de 37,10 $, au moment où les spécialistes prévoyaient avec optimisme une valorisation s’élevant à 120 milliards de dollars. Les responsables de l’entreprise se voulaient rassurants notamment vis-à-vis de leurs collaborateurs pour préciser que la chute du cours de l’action en bourse est due à une journée difficile sur les marchés.

formation en ligne finance de marché

Ils ont souligné que les différents investisseurs partenaires, clients, chauffeurs et les autres acteurs doivent observer la valeur d’Uber sur le long terme. Ils ont cité l’exemple d’Amazon et de Facebook qui ont rencontré des débuts difficiles à leur entrée en bourse, pour gagner en puissance aujourd’hui, et Uber, promettent-ils, va suivre la même trajectoire. 

Quant au concurrent direct de la plateforme, à savoir Lyft, sa valeur boursière a perdu 5,7 points et sa capitalisation a suivi la même courbe dégressive pour se situer au seuil de 13,8 milliards de dollars. Uber visait au départ 120 milliards pour n’être valorisé, après sa première journée, qu’à 76 milliards. Au total 655 millions de dollars ont été perdus rien qu’au premier jour de cotation. Un record jamais atteint dans l’histoire de la bourse aux Etats-Unis. 

Le patron d’Uber, Dara Khosrowshahi, devait percevoir un bonus de 100 millions de dollars si la valorisation franchissait le seuil de 120 milliards de dollars lors des 90 jours consécutifs, or ce défi est déjà perdu dès les premiers jours de l’introduction en bourse. 

Malgré la déception, l’opération s’est révélée profitable pour la trésorerie avec une levée de fonds atteignant les 8,1 milliards de dollars et on a même évoqué le montant de 10 milliards, alors que la perte d’Uber au cours des neuf derniers mois a dépassé un milliard de dollars. Elle a été également profitable aux anciens employés de la structure, à l’instar de Travis Lakanick, ancien PDG de l’enseigne, qui a cumulé une fortune de 4,9 milliards de dollars. C’est aussi le cas de Garrett Camp et Ryan Graves, qui sont devenus milliardaires grâce aux actions détenues d’Uber.

Même si Lyft a réalisé une mauvaise performance en bourse, les résultats d’Uber ont déteigné sur ceux de son rival. En effet Lyft a été valorisée à 22 milliards au moment de son introduction, puis elle a perdu 34% de sa valeur boursière dont un déclin de 7% le jour de l’introduction d’Uber. 

L’enseigne enregistre des pertes chaque trimestre, dont le premier trimestre de 2019 où elle a perdu l’équivalent de 1,1 milliard de dollars. Les deux plateformes ont du mal à tenir le cap et prouver leur rentabilité aux différents acteurs économiques.