10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre efficacement

10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre efficacement

Les enseignants et les enseignantes sont unanimes. Pour mieux mémoriser leurs leçons, les étudiants-es doivent relire leurs cours le soir même. Or, les étudiants ne savent toujours pas comment procéder pour une relecture efficace qui leur offre la possibilité de mémoriser le contenu plus rapidement et durablement. Ils sont toujours en quête des méthodes et techniques d’apprentissage les plus pertinentes.

Le plus souvent les étudiants-es ont du mal à relire leurs cours le soir venu. Ils n’arrivent parfois pas se concentrer et se trouvent lassés surtout s’ils passent des heures à répéter leurs leçons sans rien retenir. Ils ne savent pas toujours comment procéder pour relire leurs cours de façon efficace et pertinente. Il est très courant que l’apprentissage et les exercices les ennuient à mourir et ils n’y trouvent pas grand intérêt. C’est souvent le cas pour les cours traditionnels qui se basent essentiellement ou uniquement sur des cours magistraux (présentation avec un enseignant qui donne des conférences).

Si vous devez faire face à ce genre de cours et si vous avez choisi une formation pour adulte traditionnelle sans vous renseigner sur les méthodes d’enseignement, nous vous donnons quelques clés dans cet article pour vous en sortir malgré la situation.

Du fait d’une unique méthode d’enseignement qui s’avère être la moins efficace, il est d’autant plus important et urgent d’appliquer des méthodes de mémorisation qui seront de toute façon utiles pour toute autre situation de la vie. Le but est d’inciter le cerveau à retenir les informations le plus longtemps au regard de leur valeur et du fait qu’elles méritent d’être apprises et répertoriées dans la mémoire sur le long terme.

Voici quelques techniques pour faciliter l’apprentissage et la révision :

1.Discuter de l’information avec autrui

En discutant l’information apprise avec autrui, on signale son importance au cerveau. On peut même procéder à une séance questions-réponses pour mieux cerner le sujet dans tous ses aspects.

2.Mettre en place des cartes mémoire

Les cartes mémoire ou flash cards sont des fiches sur lesquelles on a noté une information au recto et une autre donnée qui lui est associée au verso. Il est très courant de mettre une question sur l’une des faces et la réponse sur l’autre ou encore un théorème et sa formule, etc. Les cartes mémoires permettent d’accélérer le processus d’apprentissage et de mettre en place un système d’auto-évaluation des plus efficaces.

De plus, le fait de créer ses cartes est positif pour retenir les informations.

3. Se baser sur l’imagerie mentale et les histoires

Cette technique se base sur une association d’une expression ou un terme à une image pour mieux le retenir. Il est même possible de monter une histoire issue des mots et expressions à apprendre.

Une telle méthode peut être utilisée en science, géographie, histoire, ou même pour apprendre les tables de multiplication en inventant par exemple des scènes humoristiques. Plus le contexte ou les associations seront inhabituelles ou étranges et plus le cerveau retiendra l’information facilement.

4. Employer des exemples, des tableaux et des schémas

Tout étudiant a intérêt à employer ses propres termes pour mémoriser son cours car cela sera plus aisé pour son cerveau de les retenir. Mais avant d’utiliser ses propres expressions, il faut d’abord comprendre l’information et l’illustrer à l’aide de pictogrammes, de tableaux, de schémas ou même d’exemples.

Certains professeurs essaient d’aider leurs étudiants-es et élèves en présentant leurs cours de telle façon à faciliter la prise de notes grâce notamment au sketchnote. Il s’agit d’un outil pertinent de prise de notes, qui rend l’assimilation d’un concept ou sujet des plus aisées.

Les enseignants emploient aussi à l’occasion les lapbooks qui sont des livrets pesonnalisables, reprenant des éléments se rapportant à une notion étudiée pour les présenter sous forme de dessins, schémas, récits, images, collages, entre autres. L’idée est de proposer aux étudiants-es des informations synthétiques organisées à travers des post-it, des pochettes, des fiches, des languettes à tirer, etc. De nombreuses couleurs sont employées pour égayer le contenu et le rendre plus attractif tout en marquant les éléments les plus importants.

5.Présenter le cours sous forme de Mind Map

Le processus de lecture ne doit pas être limité à une simple consultation du cours ou une révision hâtive du contenu, mais il faut veiller à reprendre l’information de façon personnelle pour qu’elle soit plus facile à comprendre et à digérer.  Il est conseillé de recourir au mind map pour choisir les données les plus importantes pour les organiser dans les différents branchages de la carte mentale et les synthétiser en utilisant des termes et des illustrations faciles à retenir et à mémoriser.

6. Utiliser la méthode de l’arrosage

L’apprentissage ressemble beaucoup à l’arrosage d’une pelouse et de ce fait il convient plus de prévoir des séances courtes à intervalles réguliers que des séances longues au contenu condensé. Dans le dernier cas, le cerveau est mobilisé pour un long moment à tel point qu’il ne dispose plus d’énergie pour retenir le contenu.

Selon des études en neuroscience, le cerveau a une durée d’efficacité optimale pour la rétention d’information de 25 minutes. Ainsi, toutes les 25 minutes, il faudrait soit changer d’activité, soit faire une pause.

7.Prévoir une séance d’apprentissage deux ou trois jours plus tard

S’il est très courant que les professeurs insistent sur le fait de réviser les leçons le soir même pour les retenir, certaines études démontrent qu’il est plus efficace de relire le cours deux ou trois jours plus tard en vue d’obliger le cerveau à se rappeler et le garder éveillé et actif. Espacer son temps de révision est constitutif d’un meilleur développement des apprentissages. C’est comme pour apprendre à jouer d’un instrument. Il vaut mieux jouer trois fois 10 minutes de guitare dans la journée, plutôt que de faire une séance de 30 minutes. Dans la même logique, il faut mieux étaler sur plusieurs jours ses révisions.

8.Privilégier l’association des mots à des indices contextuels

L’activation du processus de mémorisation peut prendre différentes formes et l’une d’entre elles est l’usage d’indicateurs contextuels. Il s’agit en fait de la spatialisation, c’est-à-dire l’association mentale de l’information à un espace ou un objet. Un tel procédé permet de suivre un acheminement ou un ordre particulier pour apprendre un cours, et au moment de la récitation ou la restitution, on visualise mentalement les objets et les lieux associés au dit-cours.

9. Réviser en fonction du temps restant avant le test

Des études ont été menées en vue de définir les intervalles idéaux pour la révision ou l’apprentissage précédant un test ou une évaluation. Il en est sorti que pour un examen prévu à une semaine, il vaut mieux organiser deux séances d’apprentissage ou de révision espacées d’un ou deux jours.

10. Dormir pour stimuler la mémorisation

Le sommeil est très important pour l’être humain, car c’est la période durant laquelle le cerveau traite les données reçues au cours de la journée.

Et les neuroscientifiques affirment qu’après une séance d’apprentissage, il vaut mieux dormir même pour une petite durée car ce sommeil dynamise la mémoire et la généralisation comme il stimule la découverte des régularités. En d’autres termes pour mieux apprendre il faut dormir.

D’un point de vue général, dans la même veine, il est important de se reposer après des séances courtes, mais intenses d’apprentissage. C’est comme pour un sport, il y a une phase de repos qui est importante pour améliorer à moyen et long terme la performance sportive.

Il en va de même lorsque vous apprenez quelque chose, que cela soit dans une formation en comptabilité, une formation en marketing, ou en gestion de projet ou encore tout autre chose.

Enfin, une bonne nuit de sommeil avant votre prochain examen est capital pour arriver au top de sa forme à l’évaluation.